Immortel chemin de fer

C’est une histoire de vieux qui reprennent du service. Des retraités qui retournent au turbin. Des machines rouillées qu’on décrasse. Inauguré en 1917, le chemin de fer franco-éthiopien reliait Addis Abeba à Djibouti. Une journée de train à travers montagnes et désert. En 2008, la rentabilité faisant défaut, les vieilles michelines sont assignées à résidence dans l’immense dépôt de Dire Dawa. Des centaines de cheminots se retrouvent sur le carreau, en « retraite anticipée ».

Depuis septembre dernier, la portion entre Dire Dawa et la frontière djibouto-éthiopienne a rouvert. Chenele, Harawa, toutes ses anciennes gares isolées dans le désert somali en l’absence de routes sont à nouveau connectées. Deux fois par semaine, les carlingues quittent Dire Dawa à l’aube, vers 5 heures. Le train s’est-il vraiment un jour arrêté de rouler ? Dès 4 heures, deux cent passagers s’entassent devant la gare. On charge les marchandises, les chèvres, les sacs de khat. Sur le quai, les femmes vendent pâtisseries et bananes pour la route. Entre le sifflement du train, le chant des coqs et les « mouz mouz mouz »*, les voyageurs s’engouffrent. 5h15, les rails crissent. La locomotive et ses cinq wagons quittent la gare. A la sortie du dépôt, un nuée d’adolescents attendent de monter à la sauvette. Des mains s’agrippent aux barreaux, des jambes filent sur le toit. A l’intérieur, les vendeuses de khat finissent leur nuit sur les bancs de bois. Aux fenêtres sans vitre, les branches d’acacias fouettent le visage du passager. Les chameaux, impassibles, longent la voie. La loco BB 1205 descend des plateaux vers le désert, enjambe les rivières asséchées où les Somali ont planté leurs tentes.

Quarante kilomètres plus loin, à Harawa, les quais sont bondés. Les anciens cheminots attendent l’arrivée du train pour échanger deux trois mots complices avec le conducteur. Kifle était à la retraite quand on est venu le chercher. Ahmed, l’aide conducteur à la bouille malicieuse, a suivi ses pas. Leurs anciens collègues, les lèvres verdies par le khat, se souviennent. L’un a toujours sa carte du « chemin de fer djibouto-éthiopien ». Après 36 ans passés sur les rails, il conserve sa relique précieusement au fond de son porte-feuille. Un autre, un ancien guerrier presque aveugle aujourd’hui a été embauché par la compagnie car il savait « guérir les hommes impuissants avec des plantes » assure-t-il. Puis il y a ceux qui espèrent. Qui espèrent que les Français, « nos frères » reviendront, que les trains rouleront comme avant. Le long des voies, il y a des histoires de vieux qui n’ont plus que le temps pour rêver.

Mouz* = banane, en amharique.

 

Dire Dawa était le dépôt principal du chemin de fer franco-éthiopien, puis djibouto-éthiopien à partir de 1977. Addis Abeba et Djibouti étaient les annexes.

Les wagons transportant le diesel.

Les wagons transportant le diesel.

Le dépôt des batteries.

Le dépôt des batteries.

L’attelage Henricot était fabriqué par les usines Émile Henricot en Belgique.

Chaque matin, les employés du chemin de fer devaient pointer.

Chaque matin, les employés du chemin de fer devaient pointer.

Un samedi d’avril. 5 heures du matin. Départ vers la frontière djiboutienne.

Sur le quai de Dire Dawa.

Sur le quai de Dire Dawa.

interieur wagon 4

interieur wagon 3

interieur wagon

A gauche, la future ligne construite par une entreprise chinoise.

A gauche, la future ligne construite par une entreprise chinoise.

Ahmed, l'aide conducteur.

Ahmed, l’aide conducteur.

 

A Harawa, à 40 kilomètres à l’est de Dire Dawa, la vie reprend au passage du train.

1 train reservoir femmes

Les deux réservoirs à eau servaient du temps des locomotives à vapeur. Ils sont encore en parfait état.

2 train quai harawa

enfants train

4 jambes loco

sortie gare harawa

wagon homme

Un ancien cheminot, de la tribu Issa.

Un ancien cheminot, de la tribu Issa.

voie harawa 3

Texte et photos J.B.

Publicités
Comments
4 Responses to “Immortel chemin de fer”
  1. magnifique hommage à ce vieux chemin de fer qui va bientôt mourir. souhaiterai un contact avec vous. merci JPCZT

  2. Bonjour! C’est magnifique du reportage! Mon père est un ancien conducteur des locomotives diesels eléctriques comme les BB ALSTHOM au sein du chemins de fer madagascar! Retraîtés en 2012! Je veux connaître en plus les nombres des materiels moteur et les remorqué sur cette chemins de fer

Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […] Source : Immortel chemin de fer […]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :