Un dimanche de pétanque

Portfolio. Le club des cheminots d’Addis Abeba, c’est un peu Marseille en plein coeur de l’Afrique. Ici, la pétanque est érigée au rang de religion. Ce sont les Français qui leur ont enseigné, du temps du chemin de fer djibouto-éthiopien. Depuis 2005, le train ne roule plus et la gare d’Addis a fermé ses portes. Demeurent les boules. Et la langue de Molière, que tous ces ouvriers retraités parlent couramment…

Le vif du sujet

Ⓒ J.B.

Ⓒ J.B.

Ⓒ A.G.

Ⓒ A.G.

Ⓒ A.G.

Ⓒ A.G.

Ⓒ J.B.

Ⓒ J.B.

Ⓒ J.B.

Ⓒ J.B.

Escarmouches

Ⓒ J.B.

Ⓒ J.B.

Ⓒ A.G.

Ⓒ A.G.

Ⓒ J.B.

Ⓒ J.B.

Pendant ce temps, sur le banc de touche…

Ⓒ A.G.

Ⓒ A.G.

Ⓒ A.G.

Ⓒ A.G.

Ⓒ A.G.

Ⓒ A.G.

Ⓒ A.G.

Ⓒ A.G.

Ⓒ A.G.

Ⓒ A.G.

Ⓒ A.G.

Ⓒ A.G.

Sur le même sujet, retrouvez aussi nos reportages Laissés sur le carreau, et Les fantômes du train (paru dans Libération)

Comments
2 Responses to “Un dimanche de pétanque”
  1. Thomas dit :

    De la vidéo, que diable !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :