Les Lionnes de Monfreid

Les Lionnes d'or d'Éthiopie Ⓒ Robert Laffont

De l’Ethiopie, aventuriers, écrivains et souvent les deux, ont exhibé dans leurs récits l’exotisme de ses femmes. «Les plus belles du monde!» Mais comment décrire la beauté quand elle a si souvent été rabâchée par les plus assommantes métonymies et les mêmes sempiternelles allégories ? Les Venus noires fichent la migraine. A tort.

Henry de Monfreid a pris le risque dans Les Lionnes d’or d’Éthiopie. Après Rimbaud, après Kessel, l’écrivain-trafiquant attaque en 1964 un récit sur ces femmes qui ont fait de l’Abyssinie un royaume «maintenu immuable depuis l’Antiquité biblique». Comme si les mères de rois et les femmes d’empereurs s’étaient autoproclamées chefs de clan, génération après génération.

Depuis la Reine de Saba, dont « déjà les bergers chantaient la beauté », jusqu’aux autres, reines, mères, esclaves à la fois, Monfreid trace la généalogie d’un pays, entre légendes et vérités historiques. La simple servante qui enfantera l’empereur Ménélik II. L’impératrice Taitu, qui complotera contre ses ennemis. 3000 ans d’histoires, jusqu’à cet homme, Hailé Selassié, l’empereur qui, pendant l’invasion italienne, promit de donner son sang pour son pays, et qui s’exilera par le train, une nuit de mai. Quand «Le lion de Juda» fuit, les lionnes veillent.

J.B.

Les Lionnes d’or d’Éthiopie, Henry de Monfreid, éd. Robert Laffont, 1964.

Biographie. Né en 1879, Henry de Monfreid s’installe à Djiboutià l’âge de 32 ans. Il y amorce sa vie aventureuse, qu’il raconte dans son premier récit Secrets de la Mer Rouge. Il devient contrebandier, et vivote du trafic de perles, d’armes, de haschisch, et même de morphine. En Éthiopie, il rencontre Joseph Kessel, qui le pousse à écrire. Pendant l’invasion italienne, Monfreid se joint aux troupes de Mussolini. Il est capturé par les Britanniques, et déporté au Kenya. Il retourne en France en 1947 et s’installe à Ingrandes dans l’Indre. Il passera le reste de sa vie à écrire et faire pousser ses plants de pavots, jusqu’à sa mort en 1974.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :